facebook twitter google youtube
Vous êtes ici : Accueil » PARC NATIONAL W BENIN » La surveillance PNW

La surveillance PNW

La philosophie de la surveillance est sous–tendue par la dissuasion. L’objectif n’est pas nécessairement d’appréhender de façon continuelle les braconniers et autres destructeurs de la faune et de son habitat, mais de les amener à abandonner leurs actions. Pour ce faire, il faut des hommes capables d’animer le système, une définition claire des missions et des moyens adéquats pour stimuler les acteurs du système.

1. Organisation et coordination des réseaux de protection et surveillance entre le parc et les zones cynégétiques

Cette organisation doit s’articuler autour d’un certain nombre de principes :

- Occupation permanente et présence plus proche du terrain. Ce qui suppose une plus grande mobilité des équipes, la multiplication des postes de surveillance, et, une définition de redécoupage administratif des secteurs protégés visant à une répartition plus rationnelle des hommes sur le terrain. Les postes secondaires, c’est à dire tous les postes autres que le poste central (voir ci-dessous), ne seront occupés par une même patrouille que pendant 7 à 8 jours. De même, la durée d’attente avant une nouvelle affectation en brousse sera de 5 à 7 jours afin que les agents puissent prendre deux jours de repos, suivre le cycle de formation pendant un à deux jours et participer à des activités de sensibilisation ou d’éco-développement ainsi qu’à des patrouilles volantes (une journée maximum).

- Les postes secondaires occupés en permanence doivent être en nombre réduit car les braconniers connaissent évidemment ces postes et les évitent. Seuls, les postes de Guéné qu’il faudra transférer à Boïffo pour raison d’efficacité, Alfakoara, Kérémou et chutes de Koudou, en alternance avec les gardes du Burkina Faso pour ce dernier poste seront occupés en permanence. Un autre poste situé sur la Mékrou, à hauteur de la piste descendant de la Tapoa devrait aussi être permanent et occupé alternativement par des gardes béninois et nigériens. Tous les autres postes seront mobiles, et occupés temporairement, ce qui nécessite l’achat de tentes solides. La position de ces postes sera fonction du braconnage.

- Etablissement (construction) de deux bases arrières. La première base, où sera la direction du Parc, sera située à proximité immédiate de Banikoara, ville bénéficiant d’infrastructures scolaires et de santé ainsi que d’un marché. Tandis que la seconde base, plus petite, sera construite à Karimama.

Les raisons d’être de cette base sont :

- encadrement, sécurisation et amélioration des conditions de vie des agents,
- mise en place de mesures d’encouragement et de récompenses plus incitatives et plus régulières,
- garantie de contact permanent entre les équipes de terrain et les bases arrières,
- reprise en main des agents et formation continue.
- forte diminution des coûts d’investissement (à terme) et de fonctionnement.

Les patrouilles à l’intérieur des aires protégées se feront à pieds à partir des postes secondaires ou à partir d’un point déterminé que les gardes atteindront à bicyclettes ou motos. Dans la mesure du possible, à la condition d’un accord de tous les villages riverains, les gardes seront accompagnés d’auxiliaires villageois issus des AVIGREF. Ces auxiliaires auront pour tâche d’aider les agents au niveau de la logistique mais n’interviendront pas directement dans la lutte anti-braconnage.

2. Pistes de surveillance

2.1. Construction de nouvelles pistes

Les pistes actuelles sont insuffisantes pour pouvoir assurer une surveillance du complexe du W. Il est prévu de compléter le réseau actuel par trois pistes suivantes respectivement de 140 km, 25 km et 105 km puis de plusieurs ouvrages (radiers).

En plus de ces pistes à construire les anciennes pistes seront entièrement réfectionnées de même que les bâtiments existants.

2.2. Autres infrastructures liées à la surveillance

Réfection des bâtiments existants et construction de 8 postes supplémentaires dans ou en limite du Parc à des endroits qu’il reste à déterminer en fonction des possibilités d’accès et des points d’eau. Il n’existe actuellement qu’un seul poste dans le Parc, à côté des chutes de Koudou.


Dans la même rubrique

  Diversité ethnique et densité

  CONTRAINTES ET ATOUTS A LA CONSERVATION

  La surveillance PNW

  Stratégies d’une gestion durable

  Historique et Cadre Juridique

0 | 5

Partenaires